(23) Visites et distinctions à Reims en 1917

En 1917, comme les années précédentes, Reims est visitée par plusieurs délégations françaises ou étrangères. Le 14 janvier 1917, une mission suisse parcourt la ville. Le 20 juillet, c’est au tour d’une délégation de journalistes. Le 25 août  une quinzaine d’officiers, appartenant à des pays neutres, font le déplacement à Reims et sont reçus à la mairie. En octobre, le président de la République portugaise. Enfin, le 21 décembre, une mission de conférenciers américains est de passage dans la ville.

Mais deux visites présentent un relief particulier, avec à chaque fois la présence du Président de la République.

Le dimanche 17 juin 1917 Raymond Poincaré vient à Reims remettre des décorations, et en particulier la Légion d’honneur à l’archevêque de Reims, monseigneur Luçon. La cérémonie se déroule dans le cellier d’expédition de la maison Werlé et Cie, 6 rue de Mars, où les services de la mairie sont installés depuis l’incendie de l’hôtel de ville du 3 mai 1917. Le Président de la république arrive à 14h30 en voiture. Il porte la tenue qu’il revêt habituellement pour se rendre sur les champs de bataille et qui est d’ailleurs souvent moquée pour sa ressemblance avec celle d’un chauffeur d’automobile : vareuse, jambières et casquette à visière de cuir. Il est accompagné d’une petite délégation d’officiels : Léon Bourgeois, ministre du travail et de la prévoyance sociale, les députés Camille Lenoir et Bertrand de Mun, les sénateurs Ernest Montfeuillard et Emile Vallé, le préfet, le sous-préfet, les généraux Fayolle, Micheler et Cadoux.

Arrivé dans la salle dont les murs laissent voir la trace d’une brèche faite par un obus allemand, le Président se dirige d’abord vers Mgr Luçon à qui il donne l’accolade puis salue le maire, Jean-Baptiste Langlet.  Il prononce ensuite un bref discours à l’attention des futurs décorés. En retour, le cardinal Luçon remercie, associant son clergé à l’honneur qui lui est fait. Raymond Poincaré remet alors la croix de la Légion d’honneur à chaque décoré, après qu’un colonel ait lu la citation le concernant. Sont ainsi distingués  le cardinal Luçon, Emile Charbonneaux et Jean de Bruignac, adjoints au maire, Monsieur Beauvais, directeur de l’école professionnelle, Monsieur Martin, secrétaire général de la sous-préfecture (qui sera tué d’un éclat d’obus le 28 juillet suivant), Paul Dramas rédacteur en chef de L’éclaireur de l’Est. Le docteur Harman, médecin des hôpitaux, fait aussi partie des récipiendaires mais n’a pas pu assister à la cérémonie.

La croix de guerre est ensuite décernée à Mlle Luigi, directrice de l’hôpital civil, et à Mme Tonnelier, directrice de l’hospice Noël-Caqué. Enfin, plusieurs Rémois sont cités à l’ordre du jour (corps d’armée, divisions, …) citation créé par le gouvernement dès l’automne 1914 pour célébrer le courage et le dévouement de personnalités civiles. Sont ainsi honorés Marcelot, chef-fontainier du Service des eaux ; Plichon, chef-mécanicien à l’Usine des eaux ; Raullaux, directeur du Service des eaux ; le docteur Gaube ; Palliet, commissaire central de police ; Speneux, commissaire de police du 3ème canton ; Grandin, chef du service du Ravitaillement ; Rousseaux, directeur de l’abattoir.

Selon le témoignage du Rémois Paul Hess, présent en tant que fonctionnaire municipal, et des journaux parisiens, en particulier La Croix, qui relatent la cérémonie, l’assistance est peu nombreuse. Outre les officiels, il n’y a que quelques membres du clergé accompagnant le cardinal Luçon, dont le chanoine Lecomte, secrétaire général de l’Archevêché, trois ou quatre dames et des représentants des services municipaux. Le service d’honneur est fait par seulement quatre hommes du 410e régiment d’infanterie, commandés par un lieutenant et escortant le drapeau du régiment. Deux ou trois gendarmes, venus en même temps que les voitures, restent à l’extérieur. Pendant le temps de la cérémonie, Paul Hess entend le bruit d’un avion qu’il pense sans doute chargé d’une surveillance au-dessus du local où a lieu la cérémonie. Après la cérémonie officielle Raymond Poincaré parcourt différents quartiers de la ville particulièrement éprouvés par les bombardements et s’arrête à la cathédrale. Il termine enfin par une visite à des blessés, tant civils que militaires. Il est à noter que le déplacement présidentiel se fait sous les bombardements allemands puisqu’on estime que ce jour-là 1 200 obus sont tombés sur la ville.

Raymond Poincaré revient encore à Reims fin septembre 1917, accompagné cette fois du roi d’Italie qui effectue alors un voyage officiel en France. Victor-Emmanuel III, arrivé à Belfort le 25 septembre, effectue ensuite, jusqu’au 30 septembre un périple qui le mène successivement  en Alsace, à Verdun, à Reims et sur le front de l’Aisne. Le passage à Reims a lieu dans l’après-midi du 27 septembre. Arrivés à la gare où les honneurs leur sont rendus, le Président de la république et le roi d’Italie, accompagnés des généraux Pétain et Gouraud, effectuent une visite à la cathédrale puis vont voir les décombres de l’hôtel de ville.

 

 

 

01 CITATION A L'ORDRE DU JOUR
02 POINCARE A REIMS 17 JUIN. SUR LA PHOTO AUTOUR DU PRESIDENT ET DU MAIRE LANGLET : CHAPRON , VALLE, MONTFEUILLARD, BAILLEZ, CADOUX, HARMAN, GUICHARD, BATAILLE, CHARBONNEAUX, DE BRUIGNAC, BEAUVAIS, MARTIN, DRAMAS, RAISSAC, PAILLET, LEJEUNE, DEMAISON, ROUSSEAU, RAULLAUX, CHATELLE.