Fort de la Pompelle

Classé monument historique le 27 mars 1922, le Fort de la Pompelle fut construit en 1883 et mis en service en 1884 pour compléter la ceinture fortifiée de Reims, conçue par le général Séré de Rivières après la guerre de 1870. Ouvrage secondaire, il était destiné à appuyer les principaux forts de Witry-les-Reims, Nogent l'Abbesse, Brimont, Saint-Thierry, Fresnes et Montbré.

Caponnière

L’enjeu est aussi important que le symbole est fort.
Réalisé après la défaite de 1870, le Fort de la Pompelle fut la clé de voûte du système défensif rémois, bombardé quotidiennement mais jamais tombé. Il est aujourd’hui l’emblème de la résistance héroïque des soldats français sur le front de l’Est et inscrit Reims à jamais comme le témoin, parfois tristement privilégié, des guerres fratricides européennes.

 

Souvenirs d’anciens combattants de la grande guerre 1914-1918

L'histoire du Fort

D'une superficie de 2 ha 31, le Fort de la Pompelle était doté d'une artillerie composée de 6 canons de 155 mm longs, modèle 1877, du système de Bange et de 4 canons de 138 mm auxquels s'ajoutaient des pièces de flanquement et mitrailleuses. Une compagnie de 277 hommes tenait garnison dans le Fort. Durant la Première Guerre mondiale, le site fut bouleversé par quatre années de bombardements allemands qui ne purent venir à bout de la résistance acharnée des troupes françaises et russes qui s'y succédèrent.

Les ruines du Fort abandonnées durant quarante ans furent mises en vente par l'administration des Domaines en 1955 mais sous l'impulsion des Anciens Combattants de Sillery, c'est la Fédération Nationale André Maginot qui racheta le Fort, ensuite cédé en 1968 à la Ville de Reims pour le franc symbolique qui l'intégra au patrimoine de la cité.

Monument historique, aménagé en musée, il est aujourd'hui le haut-lieu de la Grande Guerre en Champagne-Ardenne ; Des cérémonies patriotiques, commémorant les combats de 1914 à 1918, y sont régulièrement organisées ainsi que des prises d'armes militaires. 

 

Infirmière et aumônier militaire

 

 

Le musée

Les riches collections du musée évoquent au moyen de documents d'époque, d'objets de la vie quotidienne dans les tranchées, d'armes, d'équipements, de pièces d'uniformes, de mannequins et de pièces d'artillerie, les péripéties des combats pour l'héroïque défense de Reims.

Le Fort de la Pompelle, désarmé depuis 1913, fut occupé sans combat par les troupes allemandes le 4 septembre 1914 ; Après la victoire de la Marne, il fut reconquis de haute lutte par le 138e Régiment d'Infanterie le 24 septembre 1914 devenant dès lors la clé de voûte de la défense du secteur de Reims. Durant plus de quatre années, l'armée allemande multiplia, en vain, les assauts contre le Fort : attaques d'infanterie, bombardements intensifs, attaques par les gaz, mines, attaques de chars...

A tour de rôle, 180 régiments concoururent à la défense du Fort dont deux brigades d'infanterie russes prêtées par le tsar Nicolas II en 1916 et 1917 ! La Marine Nationale y participa également en envoyant des canonnières fluviales sur le canal entre Sept-Saulx et Courmelois. 

 

Soldats du 132 e régiment d’infanterie en 1917 , tireur de fusil-mitrailleur »Chauchat » sur la droite de la photo (en Août 1914, ce régiment tenait garnison à Reims).

 

 

Outre l'évocation des garnisons rémoises de la Belle Époque, on remarquera plus particulièrement les célèbres canons de 75 français, la salle consacrée à l'artillerie de tranchées « les Crapouillots », les souvenirs du Corps Expéditionnaire Russe en Champagne ainsi que ceux de l'as de l'aviation française, René Dorme, crédité de 23 victoires homologuées et qui trouva la mort au-dessus du Fort de la Pompelle le 25 mai 1917.

Enfin, on admirera l'étonnante collection unique au monde qui regroupe plus de 500 coiffures de l'armée impériale allemande (l'ancienne collection Charles Friese) et de nombreux autres objets dont un manteau d'officier de cavalerie russe ayant appartenu à l'Empereur Guillaume II. Le musée expose également une vingtaine de mannequins d'époque évoquant les différents belligérants.

Une nouvelle muséographie a été mise en place pour la deuxième partie des travaux  du fort de la Pompelle :

  • Dans la poudrière, c’est l’évolution de l’uniforme français qui y est présenté
  • Dans la galerie Friese, nouvelle présentation des coiffures de l’armée impériale Allemande et de différents souvenirs de vétérans ainsi que le quotidien des poilus et de l’artisanat français de tranchée .
  • Et l’ouverture au public, sous réservation, de la caponnière double, ouvrage fortifié d’angle sur deux niveaux, protégeant de ses tirs deux longueurs de fossé du Fort.

 

 

Le musée

Adresse

RD 944 , route de Châlons-en-Champagne
Reims - Puisieulx
Tél renseignements musée : 03.26.49.11.85
Tél conservation musée : 03.26.35.36.90

 

 

Depuis le 27/03/1922.

 

  • Horaires

Du 1er avril au 30 septembre : du mardi au dimanche de 10h à 18h ; 
Du 1er octobre au 31 mars : du mardi au dimanche de 10h à 17h

  • Accessibilité

Partielle pour les personnes à mobilité réduite,
Ecrans en braille sur la frise chronologique.

  • Fermé

Fermeture annuelle de mi-décembre à mi-janvier
Fermé le 1er/01, le 1er/05, le 14/07, et le 1er/11.

  • Tarifs


Plein tarif : 4 €

Visite Commentée, certains jours : 4 € (en plus du billet d'entrée)

Tarif réduit 18/25 ans et + 65 ans : 3 €

Tarif groupe + 20 personnes : 3 €

Pass intermusées : 15 €

Tarif pour les classes hors Reims, visite libre : 25 €

Tarif pour les classes Reims, visite commentée : 40 €

Gratuit pour : les étudiants (sur présentation de la carte), les jeunes de moins de 18 ans en dehors des scolaires (voir tarif ci-dessus), les groupes Maisons de quartier de Reims, les handicapés, les jeunes de la Mission locale de Reims, les demandeurs d'emplois, les titulaires du RSA

Gratuit également lors des opérations nationales : Journées du Patrimoine, 1er dimanche de chaque mois, Nuit des musées, le 1er août et le 11 novembre.