La cathédrale Notre-Dame de Reims

Lieu du sacre de vingt-cinq rois de France, la Cathédrale de Reims acquiert pour le monde contemporain un destin européen après la réconciliation franco-allemande officialisée sous ses voûtes par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer en juillet 1962.

Une référence universelle

Notre-Dame de Reims est incontournable sur le plan de l’histoire de l’art : fleuron de l’architecture gothique, la Cathédrale, qualifiée de référence universelle, est inscrite sur la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1991. Haut lieu du tourisme champenois, l’édifice accueille chaque année 1,5 million de visiteurs.

Une histoire millénaire

D’autres cathédrales ont précédé la construction de l’édifice actuel, entreprise en 1211. Au même emplacement, sur d’anciens thermes gallo romains, s’est élevée une cathédrale paléochrétienne, premier édifice d’occident dédié à Marie, précédée d’un baptistère où Clovis fut baptisé à la fin du Vème siècle par l’évêque Remi, investissant déjà les lieux d’une destinée historique puisque ce baptème entraînera la tradition du sacre des rois de France à Reims. Puis, au IXème siècle, Louis-le-Pieux, à la suite de son sacre impérial à Reims, autorisa le démantèlement partiel du rempart de la ville dont les pierres servirent à édifier une cathédrale représentative de l’architecture carolingienne. Transformé, reconstruit, l’édifice brûla le 6 mai 1210. C’est un an jour pour jour après l’incendie, le 6 mai 1211, que l’on commença à élever une nouvelle cathédrale. 

Il y a 800 ans…

Quand on entreprit la construction de la Cathédrale en mai 1211, une première génération de cathédrales gothiques avait déjà vu le jour à Senlis, Noyon, Laon ou Paris, des édifices de moindre hauteur intérieure en raison d’un contrebutement extérieur effectué par des arcs-boutants encore peu aboutis. Puis à Soissons, Chartres, Reims, avant Amiens et Beauvais… les cathédrales furent alors de plus en plus hautes et lumineuses pour répondre à la demande des théologiens de l’époque.

Dans ce dessein, les bâtisseurs de la Cathédrale de Reims innovèrent, avec une fenêtre châssis élancée, répétée dans tout l’édifice et pris pour modèle dans l’Europe entière. Ils évidèrent au-dessus des trois portails de la façade les tympans de pierre remplacés par des vitraux pour la première fois dans l’histoire de l’architecture.

La voûte de la nef monte à 38 mètres, épaulée à l’extérieur par des arcs-boutants dont la technicité performante est métamorphosée en cortège d’anges. L’ornementation, le décor de la Cathédrale relèvent, comme l’architecture, d’un dynamisme novateur : les vitraux illustrent à l’intérieur les récits narrés par la statuaire à l’extérieur de l’édifice avec une prodigalité inégalée. La Cathédrale est le manifeste de la monarchie sacrée à Reims avec l’omniprésence de Marie « reine du ciel » à qui la Cathédrale est dédiée, et avec la représentation répétée de la filiation symbolique entre les rois de la Bible et les rois de France. 

La construction de la Cathédrale, commencée par le chevet, s’étendit durant tout le XIIIeme siècle pour le gros oeuvre, les parties hautes des tours n’étant achevées qu’au XVeme siècle quand un incendie détruisit la charpente en 1481 : la toiture refaite, les travaux s’arrêtèrent en 1516 sans élever les flèches prévues.

Du XXe au XXIe siècle

Edifice emblématique de l’histoire de France, la Cathédrale, incendiée en 1914 par l’artillerie allemande, fut prise pour cible jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale. Henri Deneux, architecte en Chef des Monuments Historiques, releva la Cathédrale de ses ruines et la dota, grâce à la générosité de John David Rockefeller Jr, d’une charpente en béton armé qui est aujourd’hui un atout attractif incontournable, soutenant la toiture en plomb rétablie.

Les maîtres-verriers rémois qui mirent leur art au service, entre autres réalisations, de Marc Chagall pour les fenêtres de la chapelle axiale en 1974, mais aussi les sculpteurs, les tailleurs de pierre et toutes les entreprises qui continuent aujourd’hui à restaurer la Cathédrale, oeuvrent à sauvegarder notre histoire et contribuent à la création artistique contemporaine.  

L'ange au sourire.
L'ange au sourire.

Une statuaire exceptionnelle

La Cathédrale de Reims a une très riche statuaire, supérieure à celle de toutes les autres cathédrales européennes. 2303 statues ornent l’édifice dont 211 de 3 à 4 m de hauteur et 788 animaux de toute grandeur. On peut observer notamment sur le portail gauche la statue de l’Ange au Sourire, emblème de la ville de Reims, et celle de la Reine de Saba restaurée en 2006-2007. A 50 mètres du sol, sur la face occidentale, se trouve la « galerie des rois » avec, au centre, le baptème de Clovis. Plus bas, on peut admirer le récit du combat de David contre Goliath et, juste au-dessus du grand portail, le couronnement de la Vierge. Notre-Dame de Reims se distingue par une rare unité de style, malgré une construction qui s’étendit sur plus de deux cents ans (principalement au XIIIe siècle).

La tradition de l’art du vitrail

Malgré les destructions successives entamées au XVIIIe siècle, la Cathédrale de Reims possède encore de nombreux vitraux du XIIIe siècle, regroupés dans les parties hautes de la nef, du chœur et du transept. Depuis la fin de la Première Guerre mondiale, la Cathédrale reçoit à intervalles réguliers des vitraux contemporains. Les plus célèbres sont trois fenêtres de Marc Chagall de 1974, situés dans la chapelle axiale : l’arbre de Jessé, les deux testaments et les grandes heures de Reims. En 2011, année du 800e anniversaire de la Cathédrale, l’édifice accueille les vitraux de l’artiste allemand Imi Knoebel, qui prennent place dans les deux chapelles d’abside adjacentes à la chapelle Chagall.

La Cathédrale de Reims, c’est…

  • Un label international, le classement UNESCO en 1991
  • La Cathédrale du sacre des rois de France depuis le Xème siècle
  • Une réalisation majeure de l’art gothique avec une statuaire unique de 2303 statues
  • 1,5 million de visiteurs par an, toutes nationalités confondues
  • Une longueur totale hors œuvre de 149,17 m (130 m pour Notre-Dame de Paris et 145 m pour Notre-Dame d’Amiens)
  • Une hauteur de nef à 38 m (33 m à Paris)
  • Une hauteur des deux tours de façade à 81,50 m (69 m à Paris).

En savoir plus

-> Le guide "Laissez-vous conter la Cathédrale"
-> Laissez-vous conter la Cathédrale par les visites guidées et audioguidées de l'Office de Tourisme de Reims.

S'y rendre

Cathédrale Notre-Dame
Place du Cardinal Luçon

Tram A et B arrêt Opéra
Bus : 2, 4, 5, 6, 9 arrêt Cathédrale

-> Stationner facile en ville.