Les pigeons et les étourneaux

Pourquoi lutter contre les pigeons ?


Ce sont des pigeons biset que nous retrouvons le plus souvent dans nos villes françaises. Ils peuvent se rassembler en colonies avec une organisation sociale structurée ou vivre en couples isolés mais dans les deux cas ils restent fidèles à leur site de nidification. Granivores à la campagne, en ville ils se montrent opportunistes et se nourrissent de tout ce qu’ils trouvent notamment les déchets. A l’inverse des campagnes, le pigeon des villes n’a pas la qualification de gibier et ne peut donc pas être chassé. Le pigeon est principalement source d’atteinte à la santé publique (fientes ou individu potentiellement vecteur de maladies), à la sécurité publique (risque de chute par glissade sur une accumulation de fientes), à la tranquillité publique (bruits de battements d’ailes et/ou roucoulements) ou à la dégradation de l’esthétique urbain (souillures des bâtiments publics ou privés ou même des sols par leurs fientes ou les donations de leurs nourrisseurs). Or le Maire dispose du pouvoir de police administrative ayant pour objet l’ordre, la sécurité et la salubrité publique et peut, de ce fait, faire procéder à leur régulation en cas de surnombre.
Les techniques de lutte contre la prolifération excessive des pigeons en ville vont de l’effarouchement à l’élimination en passant par la stérilisation des volatiles ou de leurs œufs. Sous réserve d’une étude de faisabilité circonstanciée, certaines communes choisissent de centraliser en un lieu clos, le nourrissage, les déjections, la nidification et la régulation du nombre d’individus d’une colonie. Mais l’ensemble de ces techniques s’avère insuffisamment efficace et très coûteuse financièrement et politiquement. En effet, les pigeons des villes disposent d’alliés avec les nourrisseurs et les associations de protection des animaux.


Le Service Communal d'Hygiène et de Santé de Reims a fait réaliser une étude à caractère scientifique de la population de pigeons sur son territoire en 2012.
Il en ressort que très peu de colonies socialement constituées sont présentes sur la Ville de Reims.

Les agents de salubrité de la cellule 3D interviennent régulièrement pour répondre aux plaintes des administrés, en lien avec la Police Municipale et la Direction Déchets-Propreté. Ils prodiguent informations, conseils et recommandations auprès des administrés pour limiter la prolifération des pigeons à Reims :

  • protection des bâtiments destinée à diminuer le nombre de trous et de renfoncements dans les façades et toitures (pics, filets de protection, système d’électro-répulsion),
  • rappel de l’interdiction de nourrissage (Arrêté Municipal Propreté en projet, Règlement Sanitaire Départemental, Règlement intérieur des immeubles collectifs d’habitation : article L 1311-2 du code de la santé publique) et sanctionnable par une contravention,
  • capture par filets par une entreprise agréée, à noter :  celle de 2013 a été supprimée au vu des résultats de l’étude précitée,
  • capture par cage au cas par cas et sous réserve de faisabilité pour aider les administrés qui subissent les nuisances les plus graves.

Bien sûr la commune se doit de mettre en œuvre des interventions proportionnelles aux nuisances réellement imputables aux volatiles sans chercher à les éradiquer définitivement. La nature ayant horreur du vide, d’autres espèces jugées tout aussi envahissantes voire plus (étourneaux, geais, corbeaux, mouettes, perruches, … ) ne manqueraient pas d’occuper dans une niche écologique laissée disponible.


Se débarrasser des pigeons

Comment éloigner les oiseaux et surtout les pigeons qui salissent votre balcon ? Dans les grandes villes, les pigeons sont devenus un fléau ! Surtout lorsque les pigeons sont en grand nombre et qu'ils nichent sur les corniches et bords de gouttières ou bordures de fenêtres...
Quelques astuces anti-pigeon :
- Le spray répulsif
- Les granulés répulsifs
- Le gel répulsif
- Boîtiers à ultrasons
- Le fil tendu ou barres déstabilisantes
- Les pics métalliques

 

 

Les étourneaux

Les étourneaux sont en majorité des oiseaux migrateurs de passage dans notre région, ils trouvent chaleur et dortoirs dans nos villes et profusion de nourriture dans nos villes et campagnes. Le problème est que les étourneaux migrateurs sont rassemblés en nuées parfois très importantes. En France, il existe aussi des étourneaux sédentaires mais ces derniers ont plutôt tendance à vivre en couple. Tous ont une très grande capacité d’adaptation et s’accommodent très facilement de divers milieux de vie (ville et campagne) mais aussi de diverses nourritures (normalement insectivores, ils sont capables de faire des ravages dans les cultures de fruits).

 

Lorsqu’ils sont rassemblés en nuées, ils peuvent parfois être considérés comme espèce envahissante par leurs bruits et leurs fientes. La lutte contre l’invasion des étourneaux consiste à limiter le nombre de dortoirs potentiels (élagage) et surtout à les effaroucher selon diverses méthodes mais toujours en les effrayant pour les inciter à changer de dortoir. Quelques soient les méthodes utilisées (émissions de bruits crépitants/sifflants/détonants ou des cris de prédateurs/détresse), l’efficacité de ces interventions reste limitée car chassés, les étourneaux d’un secteur se reposent quelques centaines de mètres plus loin. Dans certaines villes, la population est associée à quelques « concerts de casseroles » organisés simultanément dans plusieurs quartiers à la tombée de la nuit.

Chaque année, les agents du SCHS sont mobilisés pour empêcher les étourneaux de s’établir dans la Ville de Reims, sans possibilité pour nos agents de les repousser au dehors du territoire urbain.
Les agents évaluent le bien-fondé des interventions en fonction des signalements et des nuisances constatées. 

 

L’effarouchement commence après le changement d’horaires, plusieurs soirs par semaine et à la tombée du jour pour une plus grande efficacité. Ils utilisent les outils appropriés en fonction du lieu d'intervention (pistolet d'alarme avec fusées détonantes ou effaroucheur acoustique). Il faut noter que ces interventions à l’origine d’émission de sons impulsifs, brefs mais particulièrement intenses, ne sont pas très agréables pour les citoyens d’où l’importance de la recherche d’efficacité.
Pour le moment, leurs interventions ont été efficaces dans le sens où les étourneaux ont toujours continué leur périple et ne restent pas l’hiver chez nous.

 

Demande d'intervention

Direction Solidarité et Santé publique
Service 3D "dératisation, désinsectisation et désinfection"
Renseignements : 03.26.35.68.80.