Le diagnostic patrimonial

Découvrez l’état des lieux patrimonial réalise par la ville de Reims.

Travaux de restauration

Porte de Mars

En 2015, l’étanchéité de la Porte de Mars a été revue avec la mise en œuvre d’une couverture en plomb après restitution de l’architrave.

Les travaux de restauration vont se poursuivre en 2019 sous l’égide du comité scientifique mis en place par l’Etat - Direction régionale des affaires culturelles, en lien avec la Ville.

La restitution de l’arc antique est impossible en raison des nombreuses altérations du monument et interrogations sur son décor.

Il s’agit donc d’une intervention complexe qui nécessite de:

- Faire comprendre la monumentalité de l’édifice sans masquer son intégration dans l’enceinte depuis

l’Antiquité tardive jusqu’à la période classique

- Restaurer au maximum les vestiges existants – moëllons récents enduits – colonnes et chapiteaux

complétés selon les témoins en place – distinction des greffes contemporaines.

Cryptoportique

Depuis sa dernière restauration en 1980, le cryptoportique, rare monument gallo-romain du Ier siècle ap. J-C (il en subsiste seulement 3 en France)  est sujet aux infiltrations. Des travaux d’étanchéité seront entrepris en 2019.

Cathédrale

Depuis une trentaine d’années, l’État - Ministère de la Culture et de la Communication, a entrepris des restaurations sur la façade occidentale de la cathédrale de Reims.

Le monument a souffert de l’incendie du 19 septembre 1914. Dès les années 1920, l’État français s’était engagé dans des travaux d’urgence. La façade a fait l’objet d’une restauration de sauvetage et d’une consolidation des éléments préexistants. À partir des années 1960, mais surtout des années 1980, l’état sanitaire catastrophique des sculptures a motivé le financement de programmes ambitieux de restauration. Ainsi, la façade occidentale et son riche décor sculpté ont bénéficié de plusieurs chantiers réalisés par tranches successives : la galerie des rois, le portail central, le portail Sud (2001-2005), le portail Nord (2007-2012), l’étage de la grande rose (2013-2016) et le portail central (2016-2017) qui finalise la réparation des dégradations causées par la première guerre mondiale sur cette façade emblématique.

 

 

Site Patrimonial Remarquable

Les sites patrimoniaux remarquables ont été créés par la loi LCAP n°2016-925 du 7 juillet 2016. La ville de Reims s’est dotée d’un premier site patrimonial remarquable sur le site de Saint-Nicaise. Il a pour objectif de préserver et mettre en valeur les bâtiments de ce secteur, tout en respectant un règlement spécifique pour l’aspect extérieur.

Un deuxième site patrimonial remarquable est en cours pour le centre-ville de Reims. La ville actuelle se métamorphose et se densifie. La compréhension et la mise en valeur du patrimoine historique ne peut se faire qu’en préservant un environnement cohérent avec sa conception initiale. Outre l’objectif de préservation des vestiges ayant résisté aux bombardements, la ville de Reims souhaite également mettre en valeur son patrimoine tout en le développant et ainsi renforcer l’attractivité résidentielle, économique, commerciale et touristique du centre-ville.

La valorisation du patrimoine, passerelle entre les experts et le public

Dans le cadre du label Ville d’Art et d’Histoire, la Ville de Reims a pour mission de valoriser le patrimoine auprès de ses habitants. L’Atelier du patrimoine propose des visites à destination des scolaires et des groupes d’adultes (maisons de quartier, mécènes, Semaine bleue, visites de chantier…). En temps de loisirs, des ateliers de pratiques artistiques, encadrés par des professionnels, sont organisés.

Temps fort annuel, les journées européennes du patrimoine attirent en moyenne 55 000 visiteurs dans une soixantaine de sites. Depuis 2017, la mise en place d’un grand jeu de piste dans la ville, interprété par une compagnie de théâtre, permet aux familles de découvrir un pan méconnu de leur patrimoine de façon ludique.

La valorisation et la médiation se font aussi en direction des touristes, en lien avec l’Office de tourisme du Grand Reims. Les guides-conférenciers assurent des visites sur des thématiques variées.

La signalétique patrimoniale est en cours de renouvellement. En 2019, des « totems » et des « tables » soit 150 cartels seront implantés dans la ville, définissant de nouveaux circuits : circuit des Sacres, circuit Art Déco, circuit du Champagne, circuit de de l’architecture contemporaine.

 

Projets contemporains en lien avec le patrimoine

Réfection du parvis de l’hôtel de ville

Comme tout édifice monumental, l'Hôtel de Ville nécessite des adaptations permanentes et des travaux réguliers. Les plus récents concernent la restauration des façades rues du Général-Sarrail (2017), de la Grosse-Écritoire et de Mars (2018-2019). Les salissures sont éliminées par sablage, les joints dégarnis, les pierres purgées et les plus abîmées sont remplacées. Certaines fenêtres et lucarnes sont changées. Une laitance est projetée afin de protéger les pierres, donnant une teinte blanche différente de la partie ancienne plus jaune.

À échelle urbaine, un projet d'ampleur vise à réaménager la place de l'Hôtel-de-Ville. Suite à un concours lancé en 2016, l’agence Gissinger et Tellier - architectes du patrimoine - a été chargée de ce projet. Ce choix montre la volonté de respecter ce paysage historique, bien qu'il soit nécessaire de l'adapter aux usages actuels. Les travaux ont débuté en 2018.

 

Reims Grand Centre

La ville de Reims a engagé un projet majeur et structurant dans la reconquête du centre-ville. Dénommé Reims Grand centre, ce projet urbain répond à plusieurs enjeux :

- le rayonnement du centre- ville à l’échelle du bassin de vie rémois avec la création d’équipements publics d’envergure : notamment une grande salle événementielle et un complexe aqualudique ;

 - l’aménagement du territoire, en particulier des délaissés urbains entre le centre-ville et les faubourgs en tirant parti des potentialités de friches situées en cœur de ville afin de créer un quartier mixte, innovant, dynamique, sportif, ludique et culturel ;

- la création d’un Pôle d’Échanges Multimodal autour de la gare de Reims établissant le point de convergence du réseau de bus avec les autres modes de transports, en favorisant une offre de services pour la mobilité durable ;

- le développement durable et l’amélioration du cadre de vie avec le réaménagement des Promenades, en lien avec la Coulée verte et le canal.

Les travaux des secteurs d’aménagement prioritaires du Sernam et des Promenades ont débuté en 2018.

 

Les découvertes archéologiques

Fouilles du parvis de la basilique Saint-Remi

Les travaux de réaménagement des abords de la basilique Saint Remi par la ville de Reims ont donné lieu à la réalisation d’une fouille archéologique préventive.

Située dans un secteur au potentiel archéologique riche, l’opération a en particulier permis la mise au jour d’un vaste ensemble funéraire. Celui-ci était connu aussi bien par les sources historiques (plans, textes) que par le diagnostic archéologique réalisé en décembre 2016 par le service archéologique du Grand Reims.

Plusieurs centaines de sépultures ont été recensées sur une fourchette chronologique couvrant plusieurs siècles (Moyen Age au XVIIe siècle). Elles relèvent de rituels variés (sarcophages, cercueils, fosses à coffrage de pierres…) tandis que différentes gestions de l’espace ont été observées (nombreux recoupements, orientations diverses). Si la basilique est sans conteste un élément attractif essentiel, d’autres édifices cultuels, pour certains détruits ou disparus ont également participé au choix d’implantation de ces sépultures. Le travail des archéologues sera de confronter les différents éléments observés afin de restituer au mieux notre connaissance des populations du quartier et de définir l’évolution des cimetières, depuis l’installation des premiers chrétiens jusqu’à la relégation des zones funéraires à l’extérieur de la ville.

 

Fouilles sur le site de l’ex-Sernam / Reims Grand Centre

Deux premières opérations de fouilles ont été effectuées par le service archéologique du Grand Reims et l’Inrap dans le cadre du réaménagement du secteur de l’ex-Sernam, à proximité de la place de la République au cours de l’année 2018. Celles-ci ont permis de mettre au jour les vestiges d’un quartier d’habitat de la ville antique de Reims et de plusieurs rues qui le desservaient, ainsi que d’indices d’activités artisanales.

 

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?