Reims et Tchernihiv, le vécu définit un futur commun

Un partenariat se dessine entre Reims et la ville de Tchernihiv en Ukraine. Cette future coopération durable se concentre sur des domaines ciblés comme la jeunesse et sur l’histoire commune de villes martyres.

Jumelage

Mobilisée dès le début du conflit entre la Russie et l’Ukraine en soutenant l’organisation de gestes de solidarité envers les Ukrainiens, la Ville souhaite renforcer un peu plus son union avec le peuple ukrainien. Reims et Tchernihiv sont deux villes miroirs, l’une martyre de la première Guerre mondiale, l’autre de l’offensive russe, toujours en cours. Si la guerre constitue la genèse de leur rapprochement, elles ont rapidement identifié plusieurs axes de coopération en vue de s’unir sur le long terme.

Coopérations multiples
Reims et Tchernihiv ont signé en novembre dernier une lettre d’intention de rapprochement dès ce printemps. Le sport apparaît comme un premier axe pour créer des ponts entre les jeunes des deux villes et encourager des échanges durables. Des enfants ukrainiens seront dès cet été accueillis dans le cadre du dispositif Reims activ’été. Les deux villes partagent aussi la volonté d’une coopération culturelle sous la forme notamment de résidences croisées d’artistes. C’est à ce titre que la délégation ukrainienne a notamment visité la Fileuse, la friche artistique municipale, en novembre.

Au total, Reims est jumelée avec huit villes, à l’instarde Nagoya au Japon dont une délégation était récemment présente au marché de Noël, des échanges qui ont pour vocation initiale de favoriser la paix entre les peuples. Depuis quelques années, la Ville favorise la logique des partenariats, visant une coopération sur des domaines plus ciblés que ce soit en faveur de la jeunesse, du monde universitaire ou culturel, à l’image du rapprochement entre Reims et Tchernihiv.


« Reims a bénéficié de la solidarité internationale par le passé. Tchernihiv est aussi une ville martyre qui doit se repenser. Nous avons de notre côté un message à transmettre à l’Europe et au monde en terme d’espoir, de reconstruction et de résilience. Nous aspirons à partager notre vécu et bien plus à l’avenir sur des thématiques chères aux habitants de nos deux villes. »

Dimitri Oudin
8e adjoint en charge des commémorations,
des relations internationales,
des jumelages et de l’événementiel

Dernière mise à jour : 03 février 2023

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?