Ces grands projets qui renouvellent la ville

Un cœur redimensionné, des quartiers plus ouverts, une ville belle à vivre : les grands projets programmés par la municipalité et conçus en concertation avec les habitants sont en train de changer la physionomie de Reims et de l’entraîner dans une dynamique nouvelle.

Type d'évènement

Aménagement urbain

Affirmée dès son élection, l’ambition du maire pour Reims n’a pas varié d’un iota en quatre ans et demi. « Depuis notre arrivée, nous n’avons eu de cesse de transformer la ville avec le souci constant de la rendre plus attractive pour les habitants, pour les commerces, pour les entreprises, pour les touristes », soutient Arnaud Robinet. L’ensemble des quartiers bénéficient de l’impulsion donnée depuis 2014. La transformation visible aux yeux de tous se produit actuellement au cœur de la ville. Les premiers aménagements et équipements qui  fondent le projet Reims Grand Centre sont en phase de concrétisation.

Sur les Hautes Promenades (dites Jean-Louis Schneiter), les terrassements, la conversion du bassin en fontaine sèche, les nouvelles plantations (dépendant des conditions météo) mais aussi la remise en forme du square Colbert annoncent la restitution aux Rémois de ce magnifique espace de verdure et d’animation au 4e trimestre 2019. Un chantier d’une ampleur équivalente devrait se poursuivre sur les Basses Promenades.

Reims Grand Centre : la métamorphose

Si le regard se tourne vers l’ex-friche Sernam, il voit monter les fondations et les murs du complexe aqualudique qui sera prêt à accueillir tous les publics en 2020 dans ses différents  espaces de sport, de détente et de bien-être. La voie nord (le long de la voie ferrée), qui desservira à terme le secteur, est déjà tracée et utilisée pour les besoins du chantier. De l’autre  côté du mail Jules César (une large voie réservée aux piétons), se dressera d’ici à 2021 la salle événementielle de 9 000 places qui va combler une lacune dans la vie culturelle et événementielle de la 12e ville de France.

Un parking en silo de 745 places, porté par Champagne Parc Auto, va apparaître en 2020 dans l’environnement immédiat de ces deux équipements-phares pour répondre aux besoins en stationnement. A côté du parking, le foncier sera vendu pour la construction d’un immeuble de bureaux. En face de celui-ci, prendront place des programmes immobiliers à vocation mixte (logements, résidence étudiante, bureaux), livrables dès 2021-2022 pour le projet porté par Duval Développement. Inclus dans le périmètre de Reims Grand Centre, le secteur Tri Postal (près de la gare TGV Reims centre) va donner lui aussi naissance à un nouveau quartier, organisé autour d’un pôle d’échanges multimodal voulu par le Grand Reims. La concertation avec les habitants sera lancée au 1er trimestre 2019.

Quant au secteur du Boulingrin, il sera dynamisé par la création combinée de l’équipement qualitatif que les élus souhaitent consacrer au champagne, d’un hôtel, d’un programme résidentiel, d’un parking souterrain et d’une valorisation des vestiges archéologiques présents sous l’espace public. Sur l’ensemble de la ZAC Sernam-Boulingrin, des locaux d’activité seront aménagés en pied d’immeuble pour recevoir des commerces et services. Dès avril 2019, la municipalité inaugurera également une place de l’hôtel de ville (renommée Simone Veil), refaite à neuf et plus largement ouverte aux piétons et aux événements.

Saint-Remi et Port Colbert

Si le cœur de ville est en passe de devenir une formidable vitrine pour Reims, il n’est pas le seul quartier à changer d’allure. Plusieurs opérations en cours ou à venir touchent l'ensemble des quartiers, avec l’objectif de valoriser le patrimoine, de résorber les friches et d’améliorer le cadre de vie des habitants. Ainsi en est-il du quartier Saint-Remi où la collectivité réaménage entièrement les abords de la Basilique.

A l’issue des travaux qui vont se poursuivre sur toute l’année 2019, l’édifice inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO bénéficiera d’un parvis qualitatif digne de son histoire et de son potentiel d’attraction touristique, mais aussi d’un nouvel environnement dont profiteront quotidiennement les riverains. La mise en  cohérence des espaces publics, la création d’un parking arboré, le traitement des rues d’accès à la Basilique et la restructuration du parc attenant, vont apporter une plus-value à tout le quartier. La projection à partir de 2020 d’une fresque son et lumière sur la façade de Saint-Remi mettra la cerise sur le gâteau.

La Ville et le Grand Reims ont a par ailleurs lancé une étude urbaine pour la requalification du secteur Port Colbert, une vaste friche industrielle de 200 ha qui sommeille entre le quartier Clairmarais et les berges du canal. C’est sur le site des anciens Magasins Généraux (5 ha) que se focalisent les premiers projets de reconquête, avec en particulier les relocalisations possibles de NEOMA Business School et de l’ESAD, mais aussi l’implantation de logements, commerces et services dans une logique de mixité des activités.

Renouvellement urbain phase 2 : c'est parti

Le Nouveau programme de renouvellement urbain (NPRU), va être contractualisé avec l’ANRU (l’Agence nationale pour la rénovation urbaine). L'objectif : permettre aux bailleurs sociaux et à la collectivité de poursuivre le travail, en concertation avec les habitants (par le biais des réunions publiques) dans quatre quartiers prioritaires : Croix-Rouge, Orgeval, Châtillons et Europe. Les moyens mobilisés (365 millions d'euros) sont à la hauteur des ambitions.

Sont globalement prévus 2 500 réhabilitations (notamment thermiques), 1 800 démolitions, 1 300 nouveaux logements, dont 900 reconstruits ailleurs dans Reims et dans des communes de la première couronne, et 400 en accession sociale dans les quartiers en NPRU, de manière à « dédensifier » ces quartiers et mieux équilibrer l’offre à l’échelle de l’agglomération.

C’est dans le quartier Croix-Rouge que se concentrera l’essentiel des démolitions. Dans le secteur Taittinger où opère Reims Habitat, l’objectif est d’aérer l’espace le long de la ligne de  tram et de connecter davantage le quartier au pôle universitaire par des liaisons douces. Le démantèlement par le Foyer Rémois de grands immeubles à Pays de France changera radicalement l’image du secteur à l’horizon 2023-2024.

L’innovation est au cœur du projet de village artisanal qui sera développé d’ici 2020-2021 dans le secteur Hippodrome-Schumann, avec la conception et la création sur fonds mixtes publics-privés d’un ensemble de locaux artisanaux modernes répondant aux besoins d’accueil. Pour dédensifier le tissu urbain et créer des respirations, Plurial Novilia va engager la suite et la fin de son programme de réhabilitation dans le secteur Croix du Sud.

Pour le bien-vivre ensemble

A Orgeval, le NPRU s’articulera autour de démolitions ponctuelles, de réhabilitations et de la construction de maisons en accession à la propriété pour remplacer le patrimoine désuet des années 70. La municipalité a obtenu de l’ANRU l’autorisation d’entreprendre dès cette année le remaniement complet de la place de Fermat, avec l’idée d’en faire une vraie place centrale, accessible, conviviale, sécurisante.

La phase d’aménagement en cours, pensée avec les habitants et les conseils citoyens, consiste à créer un nouvel espace vert central, doté d’une nouvelle aire de jeux pour les enfants, de nouveaux bancs, de nouvelles plantations, d’un nouveau cheminement piéton. Grâce à l’insistance des élus rémois, les quartiers Europe et Châtillons ont pu, eux aussi, être intégrés au NPRU.

Pour Europe, le programme concernera trois secteurs : la place Jean Moulin (où débuteront en 2019 les travaux de rénovation), le secteur Pommery et le secteur Aviateurs. Dans le quartier des Châtillons seront conduites des réhabilitations et des démolitions autour de la place des Argonautes dont l’offre de commerces et de services sera complétée par la création d’un pôle de santé.

Parallèlement aux interventions des bailleurs sociaux qui s’accompagneront de plans de relogement, la ville de Reims recomposera les espaces publics et (re) construira deux maisons de quartier (Pays de France et Châtillons), le Grand Reims assurant pour sa part la rénovation des voiries et des réseaux. Progressivement, ces réalisations apporteront dans chaque quartier bénéficiaire une nouvelle qualité de vie et créeront pour la ville tout entière des conditions favorables au bien-vivre ensemble.