Le Maire de Reims donne la priorité à la sécurité

Arnaud Robinet, Maire de Reims, salue l’annonce de Jean Castex d’une extension des compétences de la Police Municipale. Depuis 2019 et le doublement de ses effectifs de Police Municipale, Reims fait partie des villes-pilotes où la Police Municipale privilégie la proximité pour travailler efficacement et étroitement avec la Police Nationale. Retour sur l’ensemble des dispositifs mis en place ces dernières années pour assurer la sécurité des Rémoises et des Rémois.

Type d'évènement

Sécurité

La ville de Reims a fait de la sécurité sa priorité en investissant environ 7 300 000 euros dans la protection de ses concitoyens. L’engagement financier et personnel du Maire de Reims porte ses fruits puisque le nombre d’appels traités par la Police Municipale a considérable augmenté en passant de 13 000 en 2015 à 49 000 en 2019.

Une Police de proximité

Entre 2014 et 2020 les effectifs de la Police Municipale ont doublé, passant de 59 à 120 policiers municipaux. Les policiers municipaux sont désormais armés et leur présence sur le terrain, notamment dans les quartiers, aux abords établissements scolaires et dans les parcs et jardins, est visible et renforcée.

Depuis deux ans la Ville a mis en place des Points de Visualisation de Rencontre et de Dissuasion : chaque jour une équipe de policiers municipaux se rend dans un quartier dit « sensible » pour passer une demi-journée à la rencontre des habitants, commerçants ou du personnel des établissements scolaires. Ce travail de proximité permet de répondre aux besoins sécuritaires du quotidien.

Un Centre de Supervision Urbain ultra-moderne permet de maintenir une vigilance constante, 24 h / 24 et 7 j / 7, au travers de 220 caméras disséminées partout dans la ville. Ce maillage permettra, à terme, de mettre en place la vidéo-verbalisation pour lutter contre les incivilités (dépôts sauvages, véhicules épaves etc.) − aujourd’hui de la compétence des brigades du cadre de vie.

Par ailleurs, la Ville compte beaucoup sur le Rappel à l’Ordre, une alternative de peine légale permettant de recevoir les mises en causes des primo-délinquants qui, s’ils récidivent, seront poursuivis judiciairement.

Sécurité au quotidien et prévention sont la priorité du Maire de Reims qui souhaite tisser un lien plus étroit entre la Police Municipale et la Police Nationale.

Renforcer le lien avec la Police Nationale

Une profonde coordination des deux entités de Police permettrait un appui concret des actions de terrain et une plus grande sécurité des agents. La Police Municipale et la Police Nationale auraient toujours des compétences distinctes mais travailleraient de manière plus complémentaire.

À Reims, la forfaitisation du délit d’usage de stupéfiants, mise en place provisoirement depuis juin dernier, illustre cette volonté.

Aujourd’hui les policiers municipaux ne peuvent pas verbaliser l’usage de stupéfiants sur la voie publique, si la mesure de forfaitisation du délit d’usage de stupéfiants était appliquée pour la Police Municipale le travail des officiers de Police Nationale se verrait allégé.

« Ce que j’espère ce que l’on donne la possibilité à la Police Municipale de verbaliser dans le cas de la forfaitisation de l’usage de stupéfiants. Cela permettrait à la Police Nationale d’aller beaucoup plus loin, de se concentrer sur le démantèlement du trafic de stupéfiants. »

Arnaud Robinet, Maire de Reims.

Le Maire de Reims souhaite également installer un commissariat mixte dans le quartier Europe au sein duquel Police Municipale et Police Nationale travailleraient main dans la main. Ce type de structure permettrait par exemple d’éviter la privation de liberté des individus interpellés par la Police Municipale et en attente d’être auditionnés par les forces de l’ordre.

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?