Le sport au féminin

Reims accueillera pas moins de 10 sélections nationales pour les 6 matches de la Coupe du monde féminine de la FIFA du 8 au 24 juin prochain. A cette occasion, découvrez les joueuses emblématiques de l’équipe de France ou des différentes équipes qui seront présentes à Reims.

 

Chaque lundi, une nouvelle star du mondial à découvrir ! Pour cette neuvième semaine place à une joueuse française, Eugénie Le Sommer, l'atout offensif des Bleues.

 

Deuxième française à être mise en avant dans notre série, aujourd’hui partons à la découverte de la serial buteuse des Bleues : Eugénie Le Sommer.

L’attaquante française a débuté sa carrière professionnelle au Stade Briochin (aujourd’hui En Avant de Guingamp) ou elle y passa 3 saisons (2007 à 2010) et se fit remarquer en remportant notamment le trophée UNFP de meilleure joueuse. Elle prit ensuite la direction de l’Olympique Lyonnais où elle y remporta un grand nombre de trophées. Avec un ratio incroyable d’environ 1 but par match, depuis son arrivée, elle est rapidement devenue la meilleure buteuse du club lyonnais (257 réalisations toutes compétitions confondues).

C’est en 2009 que l’attaquante reçut sa première sélection en équipe de France. Devenue rapidement indispensable à l’attaque française, Eugénie Le Sommer (74 buts) est sur le point d’égaler un autre record, et pas des moindres puisqu’il s’agit de celui de meilleure buteuse en équipe de France détenue alors par notre marraine, Marinette Pichon (81 buts).

Avec ces 9 années incroyables passées à Lyon, Eugénie a vu sa collection de trophées  grimpée en flèche : 9 championnats, 7 coupes de France, mais surtout 6 ligues des champions (cette dernière qu’elle vient de remporter ce samedi, le jour de ses 30 ans). L’attaquante n’en est pas non plus en reste au niveau des distinctions personnelles puisqu’elle a notamment remporté 2 fois le titre de meilleure joueuse UNFP et a été élue 3 fois meilleure buteuse du championnat français. Un palmarès fantastique auquel une coupe de monde pourrait venir s’ajouter cet été.

Souhaitons le meilleur pour l’Equipe de France qui pourra, comme à son habitude, compter sur sa serial buteuse afin d’atteindre, cette année, la première marche du podium de cette Coupe du Monde Féminines de Football. Eugénie, ramène la coupe à la maison !

 

Pour la deuxième participation de la Thaïlande à une Coupe du Monde Féminine, les « Chaba Kaew » ont pu compter à nouveau sur leur attaquante vedette, Kanjana Sungngoen, pour se qualifier à cette nouvelle Coupe du Monde Féminine en France.

Dotée d’une vitesse et d’une puissance remarquable, la joueuse d’expérience sera l’atout principal offensif de cette équipe qui est la plus titrée d’Asie du Sud-Est, pour cette compétition. Elle devra faire face à un groupe compliqué comprenant notamment les dernières championnes du monde en titre (Etats-Unis) et la redoutable équipe de Suède. Avec seulement une victoire lors de la précédente Coupe du Monde, les « Chaba Kaew » auront  pour but cette fois-ci d’accéder au 1/16e de finale.

Kanjana Sungngoen et ses coéquipières seront à retrouver à Reims face aux Etats-Unis, ce mardi 11 juin à 21h au Stade Auguste Delaune.

=> Billetterie

 

Pour sa troisième qualification à une phase finale de Coupe du Monde, l’Italie comptera sur son attaquante vedette, Barbara Bonansea et sur dynamisme offensif pour aller le plus loin possible dans cette compétition !

Turinoise d’origine, Barbara Bonansea a débuté sa carrière au Torino. Après 6 années passées dans son équipe première, elle décide de rejoindre Brescia, où elle y remportera ses premiers trophées (2 championnats et 2 coupes d’Italie). En 2017, elle décide de revenir à Turin, mais cette fois-ci, avec la toute nouvelle équipe de la Juventus pleine d’ambition, Bonansea en est d’ailleurs la première buteuse. Dès la première saison, les Bianconeri remportent directement le championnat. Cette année (2018-2019) se conclut d’ailleurs par une très belle saison avec à la clé le doublé championnat-coupe.

Chez les Azzurre, l’attaquante italienne est passée par les différentes catégories d’équipes jeunes, mais c’est en 2012 qu’elle reçoit sa première convocation avec l’équipe A. Après l’Euro 2017, elle retrouve, en tant que sélectionneuse, son ancienne entraineuse de Brescia. Sans doute un changement qui lui fera passer un autre cap dans la sélection vu qu’elle devient l’un des éléments moteurs à la qualification de l’Italie pour cette Coupe du Monde Féminine de la FIFA France 2019.

Bonansea et ses coéquipières seront à retrouver à Reims, au Stade Auguste Delaune, face à la Jamaïque, le vendredi 14 juin prochain à 18h.

=> Billetterie

 

Aujourd’hui, place à une joueuse essentielle de notre milieu français : Amandine Henry.

Arrivée au club en 2007, c’est avec l’Olympique Lyonnais que la milieu française va se faire connaître aux yeux de tous grâce à une saison 2010-2011 primé par un doublé Championnat - Ligue des Champions pour les rhodaniennes. Incontournable dans le jeu des Gones, elle s’installe rapidement comme un pilier du collectif de l’Olympique Lyonnais avec lequel elle n’a cessé d’enchainer les titres en France. Après une dernière victoire en Ligue des Champions (en 2016), elle décide de quitter l’OL pour tenter une expérience dans un club étranger. C’est avec les Thorns de Portland (Etats-Unis) que la joueuse s’engagera pour deux années, où elle y gagnera, d’ailleurs, le championnat américain en 2017. De retour dans le Rhône à la saison 2017-2018, elle remporte encore une fois le doublé Championnat – Ligue des Champions.

Côté Equipe de France, elle signe sa première sélection et titularisation avec les bleues à l’âge de 19 ans (2009). Mais c’est avec l’arrivée de Philippe Bergeroo en tant que sélectionneur (2013) que la Lilloise d’origine va devenir un élément-clé de la sélection. Alors vice-capitaine des Bleues, derrière Wendie Renard, elle devient peu à peu en 2017, après l’arrivée de Corinne Diacre en tant que sélectionneuse, la capitaine de l’équipe tricolore.

Amandine Henry et ses coéquipières ne seront malheureusement pas de passage à Reims pendant la Coupe du Monde, mais espérons qu’elles nous fassent vibrer autant que les garçons l’année passée, avec à la clé, une première étoile au-dessus de leurs écussons. Allez les Bleues !

 

Pour leur 8ème participation à la Coupe du Monde, l’équipe de Norvège, qui fait partie du cercle très fermé des nations ayant déjà remportées ce fameux trophée, viendra poser ses valises à Reims pour un match face à la Norvège et un autre face à la République de Corée ! La joueuse dont nous allons vous parler aujourd’hui connait d’ailleurs bien la coréenne JI So-Yun (intégrer lien), puisqu’elle porte, en club, le même maillot des Blues, il s’agit de Maren Mjelde !

Avec aujourd’hui un total de plus de 100 sélections, c’est en 2007, alors qu’elle jouait au club d’Arna-Bjørnar dans son pays, qu’elle rejoint l’équipe première norvégienne (alors âgée de 17 ans) en tant que défenseuse.

Mjelde s’est ensuite faite connaître du monde, en accédant aux demi-finales de la Ligue des Champions Féminine avec le club allemand du Turbine Potsdam, qui a également terminé deuxième dans les compétitions de la Coupe d'Allemagne et de la Ligue lors de sa première saison au club (2013-2014). Elle devient par la même occasion la capitaine de la sélection norvégienne.

Après un court séjour en Suède à Gothenborg, puis un retour en Norvège avec Avaldsnes IL, elle accède au haut niveau européen en rejoignant les Blues de Chelsea en janvier 2017. Lors de la saison suivante, la norvégienne a très activement participé au succès des londoniennes en Women Super League et en FA Cup !

Maren Mjelde et ses coéquipières seront à retrouver, dans le groupe de l’Equipe de France et pour le premier match de la Coupe du Monde féminine à Reims, le samedi 8 juin face au Nigéria à 21h, et pour un second match face à la République de Corée, le lundi 17 juin à 21h !

=> Billetterie

 

Malgré le fait qu’elle soit l’une des premières équipes à jouer un match officialisé par la FIFA (contre la France en 1971), les Pays-Bas n’ont connu qu’une seule Coupe du Monde dans leur histoire (en 2015 au Canada), conclu par un beau 8ème de finale contre le Japon (finaliste cette année-là). L’équipe, quant à elle, est constituée d’un beau vivier de talents dont celle que nous allons vous présenter aujourd’hui : Lieke Martens.

C’est après deux saisons dans des clubs néerlandais, que la jeune attaquante, tout juste âgée de 17 ans, devient la meilleure joueuse de la Coupe d’Europe U19 de 2010, ce qui lui ouvrit les portes de la sélection séniore l’année suivante. S’en suit une saison avec le Standard de Liège (Belgique) où elle y remporte les 3 trophées du championnat belge (2011-2012). Elle a ensuite rejoint successivement d’autres clubs, mais c’est juste après la saison 2016-2017, où elle gagne 2 trophées avec le FC Rosengård, que sa carrière va s’emballer.

L’attaquante ayant grandement contribué à la victoire des Pays-Bas en Coupe d’Europe 2017 (premier trophée majeur de la sélection) s’est vu être récompensée du trophée The Best – Joueuse de la FIFA 2017. Elle rejoint dans la foulée le FC Barcelone avec qui elle coule de beau jour depuis.

Vous pourrez retrouver Lieke Martens et les Oranjes, à Delaune, dans un choc contre le Canada, qui désignera sans doute l’équipe qui prendra la tête de ce groupe E, le jeudi 20 juin prochain à 18h.

=> Billetterie

 

Pour sa troisième qualification pour une phase finale de la coupe du monde, la République de Corée pourra compter sur la buteuse providentielle de son équipe : So-Yun JI !

En effet, alors qu’elle n’avait que 15 ans, elle devient la plus jeune joueuse à intégrer l’équipe senior de la sélection coréenne et a marqué, par la même occasion, un doublé durant son premier match.

Grâce à son talent, elle rejoindra les rangs du Chelsea FC en 2014, ce qui la fera devenir la première coréenne à rejoindre une équipe anglaise de l’histoire.

Considérée par beaucoup comme l’une des meilleures joueuses à son poste, l’actuelle meilleure buteuse de la République de Corée n’évolue pourtant pas en tant qu’avant-centre, mais bien en tant que milieu.

Les Guerrières Taegeuk et leur inconditionnelle buteuse seront à retrouver, pour le quatrième match à Delaune, face à la Norvège le lundi 17 juin à 21h. 

=> Billetterie

 

La Coupe du Monde en France sera la 7ème pour l’équipe féminine du Canada, pour Christine Sinclair ce sera la 5ème !

Elue 14 fois joueuse canadienne de l’année, la capitaine, recordwoman du nombre de buts et de sélections avec l’équipe rouge et blanche, aura à cœur d’hisser ses coéquipières sur le toit du monde qui jusqu’alors n’avait réussi qu’à atteindre la 4ème position (2003).

Grâce à son incroyable sens du but, sa puissance et sa technique, il est fort possible que la joueuse de 35 ans décroche un nouveau record durant cette compétition. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de celui de meilleure buteuse de toute l’histoire du football en sélection toutes catégories confondues (détenu par l’américaine Abby Wambach avec 184 buts) qui n’est plus qu’à 5 longueurs pour la canadienne.

Espérons qu’elle le décroche à Reims, puisqu’elle sera à retrouver avec les Canucks, pour le 5ème match de cette Coupe du Monde féminine de la FIFA au Stade Auguste Delaune, face à la vague orange des Pays-Bas, le vendredi 20 juin à 18h ! 

=> Billetterie

 

Après s’être démarquée avec le Nigéria lors de la coupe du monde féminine des -20 ans en 2014 et avoir reçu de nombreuses récompenses individuelles, la jeune Asisat Oshoala s’est vue ouvrir de nombreuses portes à travers le haut niveau du football européen.

C’est d’abord avec Liverpool (2015) qu’elle décide de s’engager, puis avec les londoniennes d’Arsenal (2016) avec qui elle traverse cette année-là une saison plutôt difficile engendrée par des blessures.
Joueuse pour le Dalian Quanjian FC en Chine, elle est actuellement prêtée au FC Barcelone pour le reste de la saison.

L’atout offensif principal des Super Falcons (surnom donné à l’équipe nigérienne) aura pour mission d’hisser au plus haut niveau mondial la meilleure sélection africaine.

Asisat et l’équipe du Nigéria seront à retrouver face à la Norvège pour le 1er match de cette Coupe du Monde Féminine 2019 au Stade Auguste Delaune, le samedi 8 juin à 21h. 

=> Billetterie

 

Alex MORGAN, Capitaine de l'équipe des USA

Il est certain que l’incontournable joueuse américaine va être motivée pour bien débuter cette nouvelle Coupe du Monde qui se passe en plus dans un pays qu’elle connait déjà assez bien.

En effet, l’attaquante de 29 ans a déjà posé ses bagages en France pour une demi-saison avec l’Olympique Lyonnais où elle y a d’ailleurs remporté la Ligue des Champions, le Championnat et la Coupe de France.

Reconnue mondialement, la capitaine de la sélection américaine est la joueuse la plus suivie sur les réseaux sociaux et se place comme l’une des principales actrices au développement du football féminin.

Vous pourrez retrouver l’actuelle championne du monde pour au minimum un match au Stade Auguste Delaune face à la Thaïlande, le mardi 11 juin à 21h ! Mais aussi pour un possible 1/8e de finale, le lundi 24 juin à 18h, en fonction des résultats du groupe F.

=> Billetterie

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?

ERROR: Content Element with uid "36248" and type "dce_dceuid67" has no rendering definition!

Pour rester informé : Facebook / Twitter

Retrouvez toutes les informations utiles sur les comptes officiels de la Ville de Reims, dediés à la Coupe du Monde féminine de football 2019.
- > Twitter : @ReimsWWC2019

-> Facebook : @ReimsWWC2019

Billetterie :

Les billets à l'unité destinés au grand public sont disponibles via le lien suivant : FIFA.com/FIFAWWC/tickets

Dates des matches à Reims :

  • 8 juin, 21h : Norvège / Nigéria
  • 11 juin, 21h : États-Unis / Thaïlande
  • 14 juin, 18h : Jamaïque / Italie
  • 17 juin, 21h : Rép. de Corée / Norvège
  • 20 juin, 18h : Pays-Bas / Canada
  • 24 juin, 18h : 1/8e de finale

-> Télécharger le calendrier complet des matches