Reims, ville sportive au féminin

A l’aube de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA TM et en ce mois de mars célébrant, le 8, les droits des femmes, il est bon de rappeler que le sport féminin est en pleine effervescence dans la cité des Sacres. De nombreuses sportives rémoises portent en effet haut les couleurs de la ville dans plusieurs disciplines. Tour d’horizon tout au long de la semaine sur ces sportives d’exception.

Championnes et Marraines

Qui de mieux pour faire le lien entre le sport au féminin à Reims et la future Coupe du Monde Féminine de la FIFATM que Marinette Pichon et Audrey Sauret ? Originaires de l’Aube et des Ardennes, ces deux championnes de la région sont les Marraines de Reims, ville hôte de la compétition internationale à venir en juin prochain. Le football pour l’une et le basket-ball pour l’autre, ces deux figures de proue sont à gratifier d’un parcours exemplaire.

Marinette PICHON

« Être ambassadrice c’est un partage d’expérience », lance Marinette Pichon, qui a découvert le foot à l’âge de 5 ans à Brienne-le-Château. « J’ai fait mes classes en Champagne et c’est un honneur de représenter Reims pour la Coupe du Monde. Un tel événement va fédérer et susciter un bel engouement autour du football et du sport au féminin. » Avec 81 buts marqués en 112 sélections, entre 1994 et 2007, la Champenoise est encore aujourd’hui la meilleure buteuse de l’histoire de l’Équipe de France. Première joueuse à évoluer aux États-Unis (l’un des fiefs du ballon rond au féminin), Marinette Pichon a fondé une « Football académie » afin de partager avec le jeune public son vécu et afin, également, de populariser le foot dans l’hexagone. « L’essor du foot féminin est en marche. Le nombre de licenciés est passé de 60 000 à 160 000 en quelques années seulement, ce qui montre le développement de la discipline », poursuit la championne.

Audrey SAURET

Consultante pour la télévision, et actuellement responsable dans la structuration et aide aux athlètes, elle ambitionne de devenir manager général « d’un projet intéressant ». Autre ambassadrice de renom, Audrey Sauret, figure du basket français et née à Charleville-Mézières, est actuellement manager général au Nantes Basket Hermine, qui évolue en Pro B masculine. Ancienne internationale française aux 202 sélections, la meneuse de jeu a joué au plus haut niveau du basket national et international. Passée par Lyon, puis par les États-Unis, la Russie et l’Italie, Audrey Sauret est « fière d’être ambassadrice de Reims et de soutenir les couleurs du sport au féminin sur le plan national et international ». Également consultante TV, l’Ardennaise sera au rendez-vous de l’événement de juin.

Le RBF et ses Pétillantes

Créé en 1946, le Reims Basket Féminin évolue actuellement dans l’antichambre de l’élite, en Ligue 2 féminine. « L’objectif est de consolider notre position dans la première moitié de classement pour être le mieux placé pour les playoff. En prenant l’habitude de gagner et d’être bien classé, nous pourrons essayer de jouer la montée dans l’élite d’ici 2021 », ambitionne Philippe Sauret, président du RBF. Développer l’esprit de gagne, tel est le leitmotiv des « Pétillantes ». «  Une seule équipe obtient la montée dans l’élite en fin de saison, raison pour laquelle cette accession est si difficile  ». Basé sur un collectif jeune (la 2e moyenne de la division), le Reims Basket Féminin développe une réelle politique de formation. « Poursuivre la dynamique du sport au féminin à Reims est un challenge pour tous. C’est une fierté de faire partie du top 20 du basket français depuis une vingtaine d’années  », souligne Philippe Sauret. Selon le dirigeant, disposer d’une coach féminine est également un facteur clé dans l’essor du sport féminin au haut niveau. « L’approche du coaching est différent et les dames ont évidemment autant de compétence en la matière que leurs homologues masculins ».

Anne Sophie DA COSTA

Championne du monde de boxe WBF mi-mouche

« On a la chance à Reims d’avoir beaucoup d’athlètes féminines et une ville qui les soutient. A mes débuts, c’était un sacré combat pour pratiquer un sport d’homme comme la boxe. Je devais presque m’excuser d’être une fille ! Les choses ont heureusement changé. Aujourd’hui on déroule le tapis rouge aux jeunes. »

Pionnières et Ambitieuses

« C’est ici que le football féminin a commencé », rappelle Amandine Miquel, technicienne des stadistes. Surnommées les « Pionnières ambitieuses » pour cette raison, les Rémoises sont proches de retrouver leur niveau d’antan. Relancée il y a quelques années par Florent Ghisolfi, l’ancien milieu de terrain des Rouge et Blanc, la section féminine du Stade de Reims vit une très belle saison. « Pour l’instant, nous sommes dans le bon wagon pour rejoindre la Division 1. Ce serait bien de monter en D1 l’année de la Coupe du Monde, comme un clin d’œil historique. L’équipe progresse étape par étape, si d’aventure nous « empochons » l’accession, l’objectif serait ensuite de se maintenir la saison prochaine », précise Amandine Miquel. À quelques mois du grand rendez-vous de la Coupe du Monde féminine de la FIFA TM à Reims, l’entraîneur rémois constate aussi « une bonne évolution au niveau de toutes les catégories d’âge ».

Les Tigresses du Stade de Reims de Rugby

Le rugby dispose également de son équipe féminine à Reims. Le Stade de Reims féminin Rugby à 10 poursuit ainsi son évolution au niveau local et national. Championnes du Nord-Est en titre, les « Tigresses », surnom donné aux Rémoises, progressent chaque année et tenteront de faire aussi bien que l’an dernier. «  Nous constatons une augmentation du nombre de pratiquantes de rugby », dénote Bastien Mania, technicien du Stade de Reims féminin Rugby. Passées d’un rugby à 7 vers un rugby à 10 « qui offre plus d’espace que le rugby à 15 et plus de tactique que celui à 7  », les Rémoises auront à cœur d’égaler leur performance de 2018 après avoir atteint les finales nationales à Nîmes. « Mes joueuses aiment comprendre les exercices avant d’exécuter. J’ai des militaires, ingénieurs, étudiantes. Les profils sont vastes », conclut l’entraîneur des « Tigresses ».

Ghislaine ROYER-SOUËF

Footballeuse au Stade de Reims de 1968 à 1979

« Quand l’équipe s’est créée à Reims, peu de femmes s’accordaient le droit de jouer au foot. On a posé les fondations. Avoir participé à cet élan et apprendre 50 ans plus tard que Reims sera ville hôte de la Coupe du monde féminine en 2019, c’est un rêve ! Un grand événement comme celui-là sera une belle vitrine pour notre sport. »

Les Panthères du RCH

S’appuyant sur la formation, les « Panthères », comme sont surnommées les joueuses du Reims Champagne Handball, avancent pas à pas. Actuellement engagé en Nationale 2, le RCH ne peut pas financièrement recruter les joueuses qui lui permettraient de quitter cette division. « C’est pourquoi nous avons opté pour la formation », explique Maxime Martin, le directeur technique. « Le Centre de formation, qui accueille des éléments du RCH et de SaintBrice, vit sa cinquième saison. » Cette année, treize jeunes filles de 15 à 18 ans suivent les quatre séances hebdomadaires dispensées au gymnase Lapique et une en club. Le partenariat avec le lycée Arago, les horaires aménagés et les cours de soutien favorisent le volet scolaire de ce projet. « L’équipe actuelle est constituée à 30 % par des filles étant passées par le Centre », se réjouit Maxime Martin. Pour franchir un palier, il faut que la structure progresse. « Nous développons aussi une section pépinière », conclut le président Jean-Patrick Laggia, conscient que les 6 – 13 ans sont l’avenir du club.

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?

Agenda

Célébrez les sportives rémoises en assistant ou en les encourageant lors des différentes rencontres prévues lors de ces journées :

  • samedi 9 mars, 20h : Reims Basket Féminin - Toulouse Métropole Basket ; au complexe René Tys de Reims
  • samedi 9 mars, 19h : HBC Nancy Sluc - Reims Champagne Handball ; à Nancy
  • dimanche 10 mars, 15h : Rennes Bréquigny - Stade de Reims ; à Rennes
  • samedi 16 mars, 17h : match des anciennes internationales ; au complexe René Tys de Reims
  • samedi 16 mars, 20h :  Basket Club Saint-Paul Rezé - Reims Basket Féminin ; à Rezé
  • samedi 16 et dimanche 17 mars, 10h-18h : "Il était une fois les Bleues", exposition sur l'histoire de l'équipe de France féminine ; complexe René Tys de Reims
  • dimanche 17 mars, 15h : Stade de Reims - Le Havre AC ; à Reims
  • mercredi 20 mars, 19h : Stade de Reims - Variétés Club (équipes mixtes) ; au stade Auguste Delaune de Reims
    En savoir plus sur ce match