Reims commémore le centenaire de la guerre 14-18

1914 - 1918 / 2014 - 2018, cent ans après, Rémoises et Rémois rendent un hommage primordial à l’ensemble des combattants et civils qui ont laissé leur vie lors de ce conflit.

Célébrer et commémorer :

Découvrez quelques uns des prochains événements prévus à Reims en 2018 pour commémorer le centenaire :

  • HOMMAGE À L’ARMÉE NOIRE
    Vendredi 9 novembre - 14h à 16h : animations, spectacle et exposition
    Parc de Champagne - Monument aux Héros de l’Armée Noire
     
  • VERS L’ARMISTICE !
    Samedi 10 novembre 13h30 départ du trail des Forts et arrivée vers 17h au Stade Delaune
    Samedi 10 novembre 19h30 au Cellier : spectacle Générations 18 "Moi et mon grand-père on n'aime pas la guerre"
    Dimanche 11 novembre de 8h30 à 19h
    Rassemblements, marché aux livres, expositions, spectacle, concerts, animations...
    À l’intérieur et autour des halles du Boulingrin
    -> Plus d'informations


LES CONFÉRENCES DANS LE CADRE DU CENTENAIRE

  • Vendredi 5 octobre à 19h à l'auditorium du Campus de Sciences Po
    Projection du film documentaire de Pierre Coulon sur Reims, ville martyre de la Grande Guerre, suivie d’une table-ronde animée par Jean-François Boulanger, agrégé d’histoire, doyen honoraire de la faculté de Lettres et Sciences Humaines de Reims et la participation d’un historien de renom.

    Au sortir de la Grande Guerre, la majorité des quartiers de Reims ne sont plus que ruines. 1 051 jours de bombardements allemands ont meurtri la Cathédrale et indistinctement anéanti habitations, usines et monuments. L’ampleur de ces destructions vaut à la cité des Sacres d’être considérée à l’époque comme LA ville martyre du premier conflit mondial. Quant à sa population, la presse - entre propagande et censure - en a donné pendant la presque totalité de la guerre une image héroïsée, édulcorant par là même ses épreuves. Des milliers d’habitants ont en effet continué, jusqu’à l’évacuation totale de la ville en mars 1918, soit pendant plus de trois ans et demi, à vivre sous les bombes. C’est à la destruction de la ville de Reims et surtout au sort de ses habitants, malmenés par l’Histoire, que ce film documentaire est consacré.
     
  • Vendredi 12 octobre de 19h à 20h30 - Canopé, 17, boulevard de la Paix 51100 Reims
    Avec Alexandre Niess sur le thème : Le devenir des morts de la Grande Guerre

    Il est des moments dans l’histoire des hommes où la mort de destin individuel paraît devoir devenir destin collectif. 14 /18 en fait partie. Cette mort de masse frappe les esprits. Quelle tombe donner aux soldats morts au combat ? Certains, mais pas tous, auront leur tombe individuelle. D’autres, disparus ou non identifiés, n’auront pas cette chance. Tous seront associés dans l’hommage collectif rendu par la Nation, tant au sein des cimetières militaires, car la mort au combat est une mort de groupe, que dans les monuments aux morts qui sont érigés partout en France au lendemain du conflit.
     
  • Vendredi 9 novembre de 19h à 20h30 - Médiathèque Jean Falala
    Avec Cheikh Sakho sur le thème : L'armée noire

    Le rôle des soldats coloniaux dans la Grande Guerre a longtemps été négligé. Un monument en leur honneur avait cependant été érigé à Reims le 13 juillet 1924. Les nazis l’ont fait disparaître en 1940. Il a « ressuscité » en 2013, preuve que les Français n’ont pas oublié le rôle de l’Armée Noire ». C’est, à la manière dont cette dernière a été constituée, à son implication dans les combats, notamment autour de Reims, à l’intérêt mémoriel qu’elle a suscité que l’on s’attachera dans cette conférence.
     
  • Vendredi 7 décembre de 19h à 20h30 - Salle des Fêtes
    Avec Antoine Prost, président du Comité Scientifique du Centenaire de la Grande Guerre : Conférence de clôture.



Partenaires :

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?

Dans la rubrique :

Informations pratiques :

=> Télécharger le programme complet des commémorations du Centenaire à Reims.

-> Retrouvez l'agenda des conférences.

-> Les 9, 10 et 11 novembre : marathon, spectacles, dépôts de gerbes, expositions, choeurs des enfants du conservatoire, concert de jazz et animations autour des Halles du Boulingrin... Voir en détail.
 


Le programme est également disponible en version papier :


JEAN-BAPTISTE LANGLET

Jean-Baptiste Nicaise Langlet est né à Reims le 7 septembre 1841. Tout au long de sa vie, il fut entièrement dévoué à sa ville. Docteur de profession, il devient directeur de l’école de médecine de Reims. En 1889, il est élu député de la Marne puis en mai 1908, maire de Reims. Son mandat est renouvelé aux élections de mai 1912.

Cet homme fut un symbole pour sa ville. Il se donna cœur et âme afin de la protéger lors de la première guerre mondiale. Il a tenu tête aux allemands lors de leur entrée dans la ville et a tenté de les raisonner et par tous les moyens de maintenir le calme et de rassurer les habitants.

Nommé en 1920 conservateur des musées et des objets d’art, il protégea le patrimoine architectural et artistique de la cité (cathédrale, statue de Jeanne d’Arc…). En 1914, grâce à ses actes de bravoures envers la ville, René Viviani, président du Conseil des ministres, lui remet la Croix de Chevalier de la Légion d’honneur en prononçant un discours élogieux.

Il se retire de la vie politique en 1919 et meurt le 7 mars 1927.

Le docteur Langlet à son bureau le 3 février 1916 (© Archives municipales et communautaires de Reims)

Le docteur Langlet à son bureau le 3 février 1916 (© Archives municipales et communautaires de Reims)