La Gazette des Etoiles

Le ciel du mois, les observations, les images et les dernières nouvelles du ciel

Le ciel du mois de janvier 2020

La carte du ciel vous donne les positions des astres le 1er janvier à 22h00, ou le 15 janvier à 21h00 ou le 31 janvier à 20h.

En début de nuit, seule la planète Vénus est visible. Elle sera en conjonction serrée avec la planète Neptune le 27. Le lendemain, le 28, un fin croissant de Lune viendra lui rendre visite !

Mars se lève environ 3 heure avant le Soleil, et est visible en fin de nuit. Loin de la Terre, elle reste toutefois peu brillante.

Mercure, Jupiter et Saturne sont pour leur part inobservables ce mois-ci : elles sont actuellement derrière le Soleil.

Observez !

Le mardi 28 janvier, dans les lueurs du couchant, la planète Vénus est rejointe par un fin croissant de Lune. La discrète planète Neptune essayera également de se glisser sur la photo, mais sa faible luminosité rendra son repérage particulièrement délicat.

Les deux astres sont visibles sur l'horizon sud-ouest dès le coucher du Soleil.

Bonnes observations !

 

L'image - un diabolique lever de Soleil !

Etonnante image que ce lever de Soleil capturé, le 26 décembre 2019, par Elias Chasiotis ! Ce jour de nouvelle lune, le photographe avait fait le voyage jusqu'au Qatar pour observer une éclipse annulaire de Soleil.

Le ciel est resté couvert au maximum du phénomène, mais le photographe a pu bénéficier d'une trouée providentielle, juste au moment du lever du Soleil. Un lever de Soleil déjà partiellement éclipsé par la Lune, et déformé par l'atmosphère terrestre, dont les cornes incandescentes semblent sortir de l'eau !

 

L'info - Les volcans de Vénus seraient-il encore en éveil ?

C'est en tout cas la question que se pose une équipe de chercheurs américaine de l'USRA publiée dans la revue Science Advances.

En effet, celle que l'on surnomme parfois l'Etoile du Berger en raison de son éclat remarquable, conserve encore sous son épaisse couche de nuages, une part importante de mystère, notamment en ce qui concerne sa géologie.
Nous savons grâce aux images radar de la sonde Magellan, que la surface vénusienne est parsemée de nombreux volcans. Suite à cette découverte, les scientifiques se sont donc naturellement posés la question suivante: ces volcans sont-ils encore actifs aujourd'hui ? Ou bien sont-ils tous éteints à l'instar de ceux de la planète Mars ?

Nous disposons aujourd'hui de plusieurs indices qui nous permettent d'apporter un début de réponse. Tout d'abord, le spectromètre infrarouge de la sonde européenne Venus Express indique la présence de points chauds au niveau de certains volcans, ce qui n'aurait rien d'étonnant s'ils renfermaient du magma. Un autre élément qui vient étayer l'hypothèse d'un volcanisme actif sur Vénus, est la découverte de la signature chimique de l'olivine à sa surface, un minéral communément présent dans les roches volcaniques comme le basalte, issu du refroidissement de la lave. Rappelons que la température infernale au sol de la planète avoisine les 500°C pendant la journée (qui dure en réalité plusieurs mois terrestres). Or les chercheurs ont découvert en laboratoire que l'olivine soumise à de telles températures s'altère au bout de quelques jours. Habituellement d'un vert translucide et brillant, l'olivine devient terne et change de couleur en se recouvrant d'une couche en partie composée d'hématite et de magnétite, deux minéraux issus de l'oxydation du fer.

L'olivine détectée par les sondes spatiales ne pourrait donc pas rester très longtemps dans sa forme habituelle à la surface de Vénus. Les scientifiques en concluent que si la signature de l'olivine est aujourd'hui présente à la surface de la planète, c'est qu'elle s'est formée récemment, ce qui veut donc dire que les volcans de Vénus crachent peut-être encore de la lave.

Bien évidemment, la prudence est toujours de mise avec les études récentes, et quelques incertitudes peuvent planer sur les résultats, comme par exemple les conditions dans lesquelles ont été réalisées les expériences, différentes des conditions atmosphériques de Vénus, dans la mesure où elles ont été menées sur Terre. Mais d'autres études ultérieures utilisant des conditions similaires pourront venir confirmer, ou à l'inverse contredire ces conclusions. Et c'est bien sur ce principe que repose la science, en recoupant et en contrôlant les travaux entre différentes équipes de chercheurs. Aujourd'hui cette hypothèse fait sens, car elle est cohérente avec les expériences et observations réalisées, mais rien n'empêche qu'elle soit remise en question à l'avenir.

En attendant, si une chose est certaine, c'est que l'éclat de Vénus dans le ciel du soir en ce moment surpasse de très loin celui d'un cristal d'olivine !


Plus d'infos:

newsroom.usra.edu/scientists-find-evidence-that-venus-has-active-volcanoes/
advances.sciencemag.org/content/advances/6/1/eaax7445.full.pdf

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?